Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 03:15

Cuenca (8)Avec 400 000 habitants, Cuenca est la 3ème plus grande ville de l'Equateur par sa population. C'est une ville coloniale très agréable, sans doute la plus plaisante du pays. Elle est située à 2500 m d'altitude, au fond d'une vallée où passent 4 grandes rivières.

Mais le charme de la ville réside surtout dans son architecture qui date de sa fondation. Le centre historique est classé depuis 1999 au Patrimoine mondial de l'Unesco. Cuenca est une ville propre et vivante où les maisons coloniales prédominent encore avec leurs balcons en bois. Les rues aux pavés mal ajustés ajoutent au charme de son cadre magnifique.

Le matin, je me rends au musée Del Banco Central qui n'est pas seulement un musée sur l'origine de la monnaie puisqu'il aborde aussi les thèmes de l'archéologie, l'ethnologie et les civilisations indigènes. A l'extérieur, il y a un petit parc où l'on peut observer différents oiseaux comme les pélicans, les aigles, les perroquets et les lamas.

En début d'après-midi, on se rend au centre historique de la ville. J'en profite pour aller brûler un cierge dans la majestueuse cathédrale de la Inmaculada. De l'extérieur, on ne peut pas manquer ses 3 dômes bleus et blancs et ses hautes tours de briques roses. Dès l'entrée, on est accueilli par une gigantesque statue du Pape Jean Paul 2. Il aura fallut près de 100 ans, de 1870 à 1867 pour construire cette immense église en marbre rose. Un lieu sacré qui m'a inspiré...

Ensuite, on prend le bus touristique pour compléter la visite de la ville et connaître l'histoire de chacune des églises et des maisons coloniales.

Cuenca (9)Cuenca (6)Cuenca (10)Cuenca (14)Cuenca (5)Cuenca (4)

 

Repost 0
Published by tourdumonde42 - dans EQUATEUR
commenter cet article
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 17:27

Laguna Culebrillas (106)

A 7 heures du matin, le grand-père de la famille, âgé de 62 ans vient nous chercher avec sa voiture pour nous amener voir la lagune du Parc de Sangai classé au Patrimoine Mondial de l'Unesco. Comme son pick-up est utilisé pour charger le bétail à l'arrière du véhicule, je fais l'aller durant 1h30, brinlebaler dans tous les sens. Les chemins de terre sont cabossés mais je profite quand même de la vue superbe sur les collines environnantes. Julien fera le retour...

La lagune Culebrillas est située dans un parc sauvage, resté intact à 4000 m d'altitude. On respire un air pur et l'on profite de la beauté du paysage tout en regardant les rapaces voler. Ingapirca (26)

L'après-midi, on visite le site Inca le plus important de l'Equateur. Les ruines incas ont été découvertes par le savant Français La Condamine. Il s'agit d'un centre cérémonial. Comme toujours, les Incas savaient choisir leur site. Environnement superbe et majestueux. Ingapirca fu édifié avant 1500 et s'étendait sur plusieurs km. Le monument principal est le Temple du Soleil. Il mesure 38 m sur 14, de forme ovale rappelant l'orbite de la Terre autour du Soleil.. Les pierres s'ajustent parfaitement les unes aux autres, sans aucun mortier, selon la technique inca qui consistait à tailler chaque pierre à la perfection.

Un des éléments insolites du lieu est cette tombe, petit monolithe vertical précédé d'un cercle pavé de gros galets ronds où repose la Reine Inca. A proximité, 8 autres tombes contiennent les corps de 8 femmes qui se sont sacrifiées pour rejoindre leur Reine...

Après s'être bien imprégné des lieux, on prend le bus de 14 h pour rejoindre Guayaquil sur la côte Ouest où nous attend notre avion pour l'île Galapagos le lendemain matin.

Ingapirca (29)Ingapirca (31)Laguna Culebrillas (10)Laguna Culebrillas (12)Laguna Culebrillas (49)Laguna Culebrillas (48)Laguna Culebrillas (44)Laguna Culebrillas (67)Laguna Culebrillas (36)Laguna Culebrillas (9)Laguna Culebrillas (59)

Repost 0
Published by tourdumonde42 - dans EQUATEUR
commenter cet article
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 17:25

Nariz del Diablo (12)Juste avant de prendre le bus du matin, on fait un petit tour de la ville pour prendre quelques photos de Riobamba et on part rejoindre le train touristique pour faire Nariz del Diablo « le Nez du Diable ». Le trajet dure 3 heures et offre des vues spectaculaires sur le relief andin. Ce chemin de fer « le plus difficile du monde » a été construit aux fruits de nombreux efforts durant plusieurs années. A bord du wagon on passe au cœur du canyon avec les montagnes de gauche et de droite qui dessinent le parcours. Là où les rails s'arrêtent, se trouve une petite gare d'où l'on peut observer un rocher immense en haut d'une montagne qui a la forme d'une tête de diable, d'où le nom employé pour désigner ce chemin de fer si difficile à construire. Le train repart ensuite en marche arrière et nous prenons un bus pour rejoindre Ingapirca.

Il y a une très forte population indigène qui descend tout droit de la cordillère des Andes. Des paysans, au sens noble du terme, qui donnent l'impression de vivre comme il y a 100 ans en France. Les 2 heures de bus sont un pur dépaysement avec les odeurs des couvertures qu'ils ont sur le dos. Un grand merci pour m'avoir permis de replonger dans ce que devait être la France profoooonnnnde d'il y a un siècle... ;-)

On arrive dans le petit village d'Ingapirca à 3200 m d'altitude, dans une auberge familiale où un couple avec un petit garçon de 5 ans nous accueille chaleureusement. On est les deux seuls touristes alors Madame nous prépare un petit festin avec soupe maison, truite pêchée le jour même, riz et salade du jardin. Comme il fait un peu froid le soir en altitude, on allume une flambée dans la cheminée. J'en profite pour lire l'histoire de l'Equateur auprès du feu...

Nariz del Diablo (16)Nariz del Diablo (26)Nariz del Diablo (28)Nariz del Diablo (4)Nariz del Diablo (9)Nariz del Diablo (7)Nariz del Diablo (32)Nariz del Diablo (35)

Repost 0
Published by tourdumonde42 - dans EQUATEUR
commenter cet article
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 17:24

Chimborazo (118)Tôt le matin, on prend le bus pour aller à Riobamba. Une grande ville de 125 000 habitants à 2750 m d'altitude, située sur la cordillère des Andes, sur le vieux chemin impérial des Incas qui reliait auparavant Quito en Equateur à Cuzco au Pérou.

Le Mont Chimborazo est le plus haut mont du pays avec ses 6310 m d'altitude. Sa base fait 20 km de large et son sommet, couvert de neige éternelle n'est autre que le sommet du Monde le plus proche du soleil comme nous sommes en Equateur au centre de la Terre.

Le 4x4 nous monte jusqu'à 4800 m et de là, on entreprend une descente de 32 km en VTT. Biensûr, le paysage est magnifique, on passe à côté des anciennes coulées de lave encore rouge, on prend le temps de s'arrêter pour observer un canyon, une végétation superbe où des lamas vivent en liberté. On réussi même à s'approcher d'un jeune loup en liberté. Il y a aussi les vestiges d'un village où les Incas s'étaient installés pour être sur un point stratégique leur permettant d'avoir 4 points d'observation pour prévenir les attaques des colonisateurs espagnols il y a 500 ans de ça. On goûte aussi une eau fraîche, pure et légèrement gazeuse qui sort des profondeurs de la Terre. On finit les 15 derniers km sans s'arrêter en pleine recherche d'adrénaline, à fond de cale sur les chemins caillouteux...

Chimborazo (126)Chimborazo (14)Chimborazo (1)Chimborazo (15)Chimborazo (104)Chimborazo (33)Chimborazo (17)Chimborazo (61)Chimborazo (35)Chimborazo (20)Chimborazo (43)Chimborazo (2)Chimborazo (4)Chimborazo (6)Chimborazo (96)Chimborazo (87)Chimborazo (77)Chimborazo (8)

Repost 0
Published by tourdumonde42 - dans EQUATEUR
commenter cet article
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 17:23

Aujourd'hui on prend un bus pour aller en Amazonie, à 60 km de Banos, plus précisément à Puyo. Le village indigène comprend une quarantaine de familles.Puyo (52) Les adultes portent une tenue traditionnelle indigène et ont des peintures sur le visage. Pour être accepté dans leur communauté, il faut avaler la chicha. Les indigènes préparent une sorte de potion à base de plantes, de racines et de maïs. Une fois mastiquées, ils recrachent le tout dans un grand récipient en bois et laissent fermenter plusieurs jours ! Comme nous sommes invités, on doit se faire passer le bol en bois jusqu'à terminer le précieux liquide. 2 litres à avaler pour 8 touristes est une véritable mission tellement c'est fade, aigre, infecte...et tous les qualificatifs ne seraient pas suffisant pour décrire le goût si atroce de cette chicha... ;-) J'ai l'impression d'avaler un grand bol de lait de chèvre caillé et qui aurait été oublié durant des mois bien au fond du frigo...

Inutile de dire que c'est affreux, mais comme je suis courageux, je fais honneur en essayant de garder le sourire entre deux grimaces.

Passer le cap, on visite le village, tout en bois et paille. Les chemins sont en terre. Certaines femmes font un peu d'artisanat en créant des colliers et bracelets en utilisant les graines rouges et noires comme perles. Nous sommes invités au repas. On mange avec les mains un poisson entier avec du manioc directement servi dans la feuille de bananier. Puis, pour fêter ça, on danse un moment avec les indigènes. Chaque homme a un petit tambour, je dois frapper dans le rythme avec mon baton pour attirer une indigène... J'aurais préféré m'en passer. ;-)

A proximité du camp, il y a un petit terrain de foot. J'en profite pour taper le ballon avec les enfants du village. Après, on part faire un tour de canoë creusé en une seule pièce dans la longueur d'un arbre.

A une dizaine de km de là, on visite le centre qui récupère les singes en souffrance dans la nature. Ils vivent en liberté dans le refuge mais restent dans le secteur grace à la nourriture qui leur est donnée. Il y a 7 espèces de singes différentes dont le chorongo, le singe arraignée, le tamarin à dos rouge... Il suffit de ramasser un fruit au sol, le montrer au singe pour qu'il me grimpe dessus. Certains singes plus jeunes restent même dans les bras pour recevoir une caresse... Trop mignon !  ;-)

Puyo (53)Puyo (47)Puyo (73)Puyo (72)Puyo (68)Puyo (67)Puyo (55)Puyo (62)Puyo (56)Puyo (58)Puyo (4)Puyo (41)Puyo (33)Puyo (34)Puyo (26)Puyo (32)Puyo (16)

Repost 0
Published by tourdumonde42 - dans EQUATEUR
commenter cet article
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 17:22

Banos (3)Aujourd'hui, on se concentre sur l'achat du billet d'avion pour partir sur l'île Galapagos. On prend un bus pour aller dans une agence de voyage réputée à Ambato à 1h de route de Banos. Après avoir contourné toutes les complications pour trouver la bonne formule de voyage on opte pour un tour organisé de 8 jours, 7 nuits nous permettant de visiter 5 îles de l'archipel Galapagos. On en profite pour faire la visite de la ville d'Ambato et de retour à Banos, on retourne aux bains thermaux.Le soir on prend une chiva, c'est un bus aménagé en discothèque. La musique tourne à fond, des néons de toutes les couleurs sont accrochés au plafond. Le bus nous conduit jusqu'au sommet de la montagne et de là, on peut apprécier la vue sur la ville illuminée de nuit. De la haut, j'en profite pour contempler le volcan Tungurahua à 5023 m. Impossible de grimper à cause de sa forte activité. Il a notamment fait évacuer la ville entière et ses 13 000 habitants lorsqu'il a menacé en 1999.

 

Ambato (1)Banos (1)Banos (4)Banos (5)

Repost 0
Published by tourdumonde42 - dans EQUATEUR
commenter cet article
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 17:21

Aujourd'hui on achète un tour nous permettant de faire la descente des 22 km del Rio en rafting et l'après-midi canyoning pour 30 euros avec repas comprisBanos Rafting canyoning (11). On part en bus rejoindre le début de la rivière. Les guides gonflent le bateau et nous enseignent toutes les règles de sécurité. Il faut être un groupe soudé et à l'écoute des consignes si l'on ne veut pas voir l'embarcation se retourner.

On part avec casque et gilet parce qu'il y a un vrai risque tellement le courant est fort. L'avant du bateau se lève parfois brusquement et les courants inverses forment des trous où le bateau s'enfonce la tête la première. Les 8 participants rament et freinent en même temps mais malgré ça l'embarcation se retourne juste à côté des roches. Je me retrouve sous le bateau dans le noir total, alors qu'il continue d'avancer, je prends une respiration pour en sortir. Le guide, très pro est déjà debout sur le bateau, il attrape la corde pour le remettre à l'endroit. A part une tasse ou deux on remonte tous à bord pour terminer la descente des rapides...

Après le repas du midi on part Julien et moi, faire du canyoning avec un guide d'escalade pour nous tout seul. Banos Rafting canyoning (9)Après avoir escalader la cascade par un chemin, il passe la corde dans une boucle fixée à la paroi. Accroché par un mousqueton, j'entreprends la descente en essayant de résister à la force du courant et à la paroi glissante.  

La dernière cascade fait 45 m de haut ! Pour ne pas s'écorcher les doigts contre la paroi, il faut se jeter en arrière le temps que le guide lache 2, 3 mètres de leste. Je prends mon courage à deux mains, je lache la corde, les bras grands ouverts, j'impulse avec les jambes pour retomber d'un coup 3, 4 m plus bas. Ensuite, la descente en rappel suspendu dans le vide est une pure merveille. J'en prends plein les yeux d'autant plus que le guide gère la descente le plus lentement possible...  

Le soir on se rend aux bains thermaux. Il y a deux piscines naturelles d'1m20 de profondeur en plein air sont juste sous la chute d'eau qui tombe de la colline. L'eau est riche en bicarbonate de fer et en magnésium, elle a des vertues curatives pour les problèmes respiratoires, relaxer les muscle, les problèmes de peau...et surtout c'est un lieu populaire où les habitants aiment se retrouver pour socialiser avec n'importe quel inconnu. A quand les bains thermaux à Rive-de-Gier ? ;-)

L'eau la plus chaude coule à 46°, je rentre tout doucement pour m'acclimater et je reste 10 min assis sur un banc disposé à l'intérieur de la piscine.

Après avoir pris un bon coup de chaud, je suis les recommandations et plonge dans un petit bassin juste à côté à 15°. Ca a le mérite de revivifier tout le corps et de se sentir tout neuf ! D'attaque pour recommencer une journée sportive dès le lendemain...

Banos Rafting canyoning (12)Banos Rafting canyoning (7)Banos Rafting canyoning (8)Banos Rafting canyoning (3)Banos Rafting canyoning (14)

Repost 0
Published by tourdumonde42 - dans EQUATEUR
commenter cet article
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 17:20

8 h du matin, on prend le bus pour rejoindre Banos à 90 km au sud.Banos (2) C'est une petite ville de 13000 habitants située au pied des montagnes, à 1800 m d'altitude et réputée pour ses eaux thermales naturellement chaudes.  

A peine arrivés là-bas on se laisse tenter par la location d'un buggi deux places pour faire la route de 12 km à travers les cascades. Pour 5h30 de location, on paie 12 euros chacun, essence comprise ! Assis au ras du sol, le buggi donne une bonne sensation de vitesse, surtout qu'il est possible de déraper sans risque de se retourner. On s'arrête pour visiter les 4 principales cascades. On monte dans une tarrabita, c'est une petite nacelle suspendue à un câble qui permet de traverser d'une montagne à une autre, une cinquantaine de mètres au dessus de la rivière. La plus impressionnante des cascades est celle d'El Pailon del Diablo «  le Chaudron du Diable ». Tout en haut d'une montagne se jette une quantité d'eau impressionnante avec une force terrible qui vient s'écraser un centaine de mètres plus bas. On accède par un chemin à un petit balcon où l'on se retrouve à 1 m du torrent qui passe juste devant mes yeux. C'est vraiment une sensation impressionnante, surtout que les gens aiment dire que la chute d'eau est ici présente grace à la bénédiction des Dieux...

Et c'est justement au moment du retour en buggi qu'il nous a fallu invoquer les Dieux pour faire les 12 kms retour. Alors que la nuit est tombée, on se rend compte qu'il n'y pas de phares sur le buggi... Bien collé sur la droite de la route, on est rentré entier à Banos... ;-)      

 

Repost 0
Published by tourdumonde42 - dans EQUATEUR
commenter cet article
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 17:17

A 7 h du matin nous partons en 4x4 avec un guide, direction le volcan Cotopaxi. Avec ses 5897 m, le Cotopaxi, « coude la lune » en langage Quechua est par sa hauteur le volcan actif le plus haut du moCotopaxi (15)nde. Son sommet est enneigé et son cratère énorme mesure 650 m sur 800 m. Il s'élance dans le ciel en dessinant un superbe cône, certains le comparent au Fuji Yama Japonais. Le parc a été créé pour protéger le volcan, mais aussi son cadre naturel où l'on peut voir des animaux sauvages en liberté comme les chevaux, renards, lapins andins, colibris et condors.

Le Cotopaxi est l'un des volcans les plus dangereux des Andes. En cas d'éruption, ses dégâts peuvent être considérables : coulée de lave et de boue, fonte des neiges, jets de pierres et cendres.

Pour raconter ce que j'ai retenu de l'Histoire de ce volcan, une éruption se produisit en 1734 lors de la bataille entre les Indiens et les Espagnols. On dit que les deux camps effrayés cessèrent les combats ! Plus que magique, c'est une montagne frénétique où le feu couve sous la glace.

En 1742 et 1877, les deux éruptions volcaniques détruisirent Latacunga et les villes environnantes par une gigantesque coulée de lave de 80 km de long. A chaque fois les habitants décidèrent de reconstruire la ville au pied du volcan...

Après 2 h de route, on arrive à la Laguna Limpiopungo, un lac à 3800 m d'altitude d'une beauté pure et intacte. Ensuite le guide nous dépose à l'entrée du Parc où nous commençons l'ascension pour atteindre le refuge à 4800 m. Après s'être reposé un moment, on reprend la route pour entamer la partie enneigée. Faute d'avoir l'équipement approprié, on s'arrête juste au dessus du premier glacier à 5100 m où la neige est tellement épaisse que chaque pas s'enfonce au niveau de la cuisse. On s'arrête là pour profiter de la vue imprenable sur la vallée et on fait demi-tour en évitant les crevasses de plusieurs mètres de profondeur formées par l'activité du volcan.

 Cotopaxi (36)Cotopaxi (39)Cotopaxi (20)Cotopaxi (2)Cotopaxi (42)Cotopaxi (45)Cotopaxi (51)Cotopaxi (56)Cotopaxi (63)Cotopaxi (68)Cotopaxi (74)Cotopaxi (8)Cotopaxi (85)Cotopaxi (83)

Repost 0
Published by tourdumonde42 - dans EQUATEUR
commenter cet article
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 07:18

Départ à 6 h du matin pour attaquer cette longue journée de bus. Une journée consacrée aux transports, 3 heures pour faire la liaison Otavalo – Quito. Et 3 heures de plus pour rejoindre Latacunga. Une ville sans grand intérêt si ce n'est d'être la ville escale pour se rendre au Lac Quilotoa et au Volcan Cotopaxi et ses 5900 m.

Repost 0
Published by tourdumonde42 - dans EQUATEUR
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de tourdumonde42
  • Le blog de tourdumonde42
  • : 14 mois autour du Monde, 32 pays traversés, un rêve d'une vie qui se réalise ! Partez à l'aventure avec moi, consulter mon blog régulièrement et surtout n'hésitez pas à réagir, m'écrire un petit mot et me soutenir...
  • Contact

Recherche

Catégories